Inspecteur régleur de sinistres

Vous êtes ici > Accueil > Présentation de l'assurance > Les métiers de lÂ’assurance > Inspecteur régleur de sinistres

[Cette fiche métier sur l'inspecteur régleur de sinistres a été réalisée avec le concours de l'Ecole Supérieure d'Assurances (ESA). Elle présente l'un des nombreux métiers de l'assurance auxquels permet d'accéder sa formation de niveau Bac +5 intitulée "European Master en Assurance : Manager de l'Assurance"]

Inspecteur sinistresL’inspecteur régleur de sinistres a pour triple fonction d’évaluer le risque au moment de la vente du contrat, de mener des enquêtes pour détecter une fraude éventuelle (à la souscription du contrat ou au moment du sinistre) et de préconiser, le cas échéant, l’engagement de poursuites civiles ou pénales.

L’inspecteur régleur de sinistres, la plupart du temps employé au sein d’une grande compagnie d’assurance, a donc un rôle crucial de contrôle quant à l’exactitude des déclarations faites par les assurés à l’assureur. C’est lui qui est alors chargé d’appliquer, lorsque des fraudes sont détectées, les sanctions en cas de fausse déclaration.

Sur cette page, nous allons décrire son rôle et ses fonctions, et voir quel est, généralement, son parcours de formation. Comme pour les autres fiches métiers de l'assurance, nous verrons à combien s’élève son niveau de salaire et quelles sont les perspectives d’évolution de carrière qui peuvent s’ouvrir à lui.

Rôle et profil de l’inspecteur régleur de sinistres

Inspecteur régleur de sinistresL’inspecteur régleur de sinistres a pour rôle d’intervenir la plupart du temps après sinistre sur des dossiers importants ou litigieux, afin de réaliser les vérifications et enquêtes nécessaires visant à apprécier les responsabilités et les préjudices subis par les victimes.

Il est généralement mandaté, lorsqu’il travaille au sein d’une grande compagnie d’assurance, par les services contentieux ou médicaux. Sa tâche, se divisant entre travail de visite sur le terrain et travail de constitution et de suivi de dossier, consiste alors à :

- se rendre sur les lieux endommagés (dans le cas d’assurances dommages), ou procéder à une visite de l’assuré (dans le cas d’un sinistre survenu dans le cadre d’un contrat d’assurances de personnes), afin d’effectuer une évaluation, une vérification et un contrôle du dommage ou de la maladie,

- déterminer les causes, les circonstances et les responsabilités à l’origine de la survenance du sinistre,

- rédiger un rapport suite au constat opéré lors de la visite sur le terrain,

- en cas de situation litigieuse, et dans le cadre d’assurances privées, éviter un contentieux et l’engagement de procédures judiciaires lourdes, en négociant et en tentant de trouver des compromis de règlement avec l’assuré,

- en cas d’absence de litige, ou après avoir trouvé un compromis avec l’assuré, fixer le montant des règlements et effectuer le paiement, directement ou indirectement, en l'ordonnant au département de règlements de sinistres au sein de la compagnie.

Mais l’inspecteur régleur de sinistres ne se limite pas, comme nous le rappelions en introduction, à intervenir après survenance d’un sinistre. Il peut également être fait appel à lui au moment de la souscription du contrat, afin de vérifier l’authenticité des déclarations de l’assuré lors de la compilation du questionnaire qui lui a été soumis par l’assureur et qui sert de fondement à l’établissement de la police d’assurance. Dans ce cas, l’inspecteur régleur de sinistres ira opérer une visite sur le terrain afin d’opérer un contrôle sur les déclarations de l’assuré. En cas de constat de fausse déclaration, c’est lui qui sera chargé d’appliquer les sanctions juridiques prévues par la législation en cas de fausse déclaration, que celle-ci soit de bonne ou de mauvaise foi (Pour en savoir plus, voir la page « Sanctions en cas de fausse déclaration  »).

Dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, l’inspecteur régleur de sinistres doit travailler en relation directe avec les assurés et/ou avec les autres intervenants éventuels (gestionnaires de sinistres, experts, avocats…). Il peut également être amené, dans certaines compagnies, à définir une stratégie de développement en matière de gestion de sinistres, et à former des collaborateurs pour les perfectionner dans la négociation visant à aboutir au règlement amiable des indemnités.

Ainsi, pour exercer le métier d’inspecteur régleur de sinistres, il faut avant tout être doté d’un sens du relationnel aigu, étant donné que l’on est amené avant tout à travailler en contact avec d’autres personnes, qu’il s’agisse des assurés ou bien des autres collaborateurs de l’entreprise.

Il faut également être doté de grandes compétences juridiques et techniques dans un domaine particulier, étant donné que ces connaissances sont indispensables à la fois pour évaluer avec justesse les éléments contextuels permettant de déterminer les causes et les circonstances à l’origine de la survenance d’un sinistre, et pour être en mesure de maîtriser les mécanismes juridiques inhérents au processus d’indemnisation.

L’inspecteur régleur de sinistres, autonome et responsable, doit également être en mesure d’analyser objectivement une situation, tout en faisant preuve d’un grand sens de la diplomatie, son objectif étant, rappelons-le, d’obtenir le règlement amiable des indemnités.

Formation de l’inspecteur régleur de sinistres

Formation Inspecteur SinistresL’inspecteur régleur de sinistres a généralement un niveau de formation allant de Bac +2 (BTS Assurance, par exemple) à Bac +5 (avec un diplôme comme le Master en Assurance, par exemple), sachant qu’il est plus probable d’accéder à ce poste avec une formation de niveau Master, tant les exigences en matière de connaissances techniques spécifiques sont élevées au sein de la plupart des compagnies.

Pour accéder à ce poste, il est donc préconisé d’être titulaire d’un diplôme de niveau Bac +5 dans une filière juridique ou dans le domaine de l’Assurance. Il est très rare de pouvoir exercer cette profession directement au sortir de ses études, les compagnies d’assurances réservant souvent cette fonction à des personnes bénéficiant d’une expérience professionnelle d’au moins 10 ans, si possible dans le domaine de la gestion de sinistres.

Parmi les écoles et les organismes de formation proposant des diplômes préparant à l’exercice du métier d’inspecteur régleur de sinistres, citons l’Ecole Supérieure d’Assurances qui propose un cursus intitulé « European Master : Manager de l’Assurance », effectuable en présentiel ou à distance.

Le cursus « European Master : Manager de l’Assurance », propose une formation préparant techniquement à l’exercice de cette profession, avec la possibilité de s’intégrer professionnellement au sein des compagnies d’assurances, en effectuant des stages professionnels, qui peuvent être rémunérés, dans un cursus en alternance, dans le cadre légal d’un contrat de professionnalisation.

Salaire de l’inspecteur régleur de sinistres

Salaire Inspecteur SinistresDépendant de l’expérience et du niveau de qualification de la personne qui exerce ce métier, le salaire de l’inspecteur régleur de sinistres varie entre 40 000 et 50 000 euros brut annuels.

Ce niveau de salaire important se justifie par le fait que l’on ne peut  accéder à ce poste, comme nous l’évoquions plus haut, qu’après avoir acquis une solide expérience professionnelle, pouvant aller jusqu’à 10 ans, voire davantage.

Environnement professionnel et conditions de travail

Inspecteur régleur de sinistresLe métier d’inspecteur régleur de sinistres s'exerce généralement dans des entreprises d'assurances de grande taille.

Il peut aussi s’exercer parfois (mais bien plus rarement) au domicile personnel.

Cette profession demandant de se déplacer fréquemment pour négocier directement avec les clients, elle nécessite une grande disponibilité et une grande mobilité. Elle implique un rythme professionnel assez soutenu (notamment dû aux déplacements fréquents) et des horaires de travail parfois décalés.



assurance mutuelle
Assurance et Mutuelle présente ces services et outils gratuits
Choisissez votre mutuelle
Comprendre et bien choisir votre complémentaire santé